De la modération en terre d’islam (fin)

Pourquoi les habitants des pays musulmans modérés nous haïssent-ils plus férocement encore que tous les autres occidentaux, à l’exception bien sûr des israéliens et des américains ? Pourquoi Daesh a-t-il concentré ses efforts de déstabilisation sur notre beau et vieux pays ?

Parce que les blessures de la guerre d’Algérie ne sont toujours pas cicatrisées. Elles sont notamment encore à vif chez les descendants des harkis, qui ne sont pas prêts d’oublier que la France a laissé sans lever le petit doigt le FLN massacrer des centaines de milliers d’entre eux entre juillet et septembre 1962 et qu’elle a parqué pendant de longues années dans ce qu’il faut bien appeler des camps de concentrations ceux qui avaient pu échapper au massacre.

Parce que la France cultive une forme d’intégrisme aussi radical que le wahhabisme, l’ultra-laïcisme, qui est rigoureusement incompatible avec l’islam. L’expression la plus courante de cet intégrisme est le blasphème, qui est un crime passible de la peine de mort dans la plupart des pays musulmans. Nous considérons le droit au blasphème comme une liberté première et sommes très isolés sur ce point, même au sein du monde occidental. Aux Etats-Unis, on fait encore la prière à l’école le matin, au Royaume-Uni la Reine est la chef de l’église anglicane, les allemands paient encore massivement le denier du culte aux églises auxquelles ils appartiennent ; il n’y a qu’en France qu’on a tué Dieu et qu’on n’a même pas daigné lui offrir une sépulture décente.

Parce qu’ultra-laïcisme rime, comme wahhabisme, avec intolérance. Nous nous arrogeons le droit de définir le code vestimentaire des gens sans tenir compte de leurs croyances et de leurs modes vie. Passe encore qu’on mettre hors-la-loi la burqa, qui a effectivement un côté un peu moyenâgeux, mais en quoi le port du hijab peut-il gêner quiconque ? Il est toléré aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en fait partout sauf en France, comment pouvons-nous justifier cela, nous la patrie de la démocratie et des droits de l’homme ?

Parce que nous sommes des hypocrites qui appliquent des poids et des mesures différents  à des sujets identiques. Nous avons accepté de mettre des limites à notre ultra-laïcité en ce qui concerne le blasphème à caractère antisémite avec la loi Gayssot mais n’avons pas étendu cette législation honorable aux autres religions. On ne peut plus se moquer n’importe comment d’un rabbin, ce qui est bien, on peut toujours encore caricaturer le pape en sodomite entouré de petits garçons ou Mahomet en chien galeux, ce qui est indigne.

Enfin, parce que nous adorons donner des leçons et nous mêler de ce qui ne nous regarde pas. Nous avons sans la moindre justification détruit le régime du colonel Kadhafi et laissé la Libye sombrer dans le chaos. Nous avons voulu faire de même en Syrie, là aussi sans le plus petit début de justification morale. Qui sème le vent récolte la tempête. Aux abris, elle arrive sur nous !

De la modération en terre d’islam (suite)

Depuis 1990, la haine de tous les habitants, quelle que soit leur catégorie sociale, de tous les pays musulmans modérés, amis de l’Occident, et qui lui achètent beaucoup d’armes très sophistiquées et très chères, contre nous et ce que nous représentons est allée crescendo. Pourquoi ?

Parce que nous soutenons de manière de plus en plus inconditionnelle Israël, qui est devenu la vache sacrée de l’Occident. Nous devons (et je le fais) soutenir cette démocratie condamnée à mener une guerre sale (comme toutes les guerres) contre des malades mentaux qui nient jusqu’à son existence. Nous devons cependant être vigilants sur la droitisation continue d’un pays dont beaucoup de ministres se situent loin à la droite de Marine Le Pen et qui sont donc encore bien plus infréquentables qu’elle.

Parce que nous avons pour la première fois depuis les Croisades envoyé en terre sainte islamique, à proximité de La Mecque, des soldats pendant les deux guerres du Golfe. C’est la première guerre du Golfe, ne l’oublions pas, qui a métamorphosé un obscur agent de la CIA du nom d’Oussama Ben Laden, chargé du soutien logistique aux afghans combattant contre l’invasion soviétique, en chef de guerre anti-américain et fondateur d’Al Qaïda.

Parce que nous défendons le principe d’égalité entre les sexes et que les femmes jouent un rôle de plus en plus important dans nos sociétés. En terre d’Islam, les femmes sont des êtres inférieurs, qui n’ont droit qu’à une demi-part d’héritage et qui restent leur vie entière sous la tutelle des hommes de leur famille. Chaque fois que nous envoyons une femme comme ambassadeur dans ces pays (les Etats-Unis sont les champions en la matière), cela est ressenti comme une intolérable provocation et ils nous haïssent encore un peu plus.

Parce que nous défendons les libertés sexuelles et les droits des gays. L’homosexualité est considérée comme une abomination par tous les pays musulmans modérés, même si la proportion de gays n’y est pas fondamentalement plus faible qu’ailleurs. Chaque fois que le Congrès des Etats-Unis menace un pays musulman de sanctions économiques pour non respect des droits des gays à une sexualité épanouie, cela est ressenti comme une atteinte aux valeurs les plus fondamentales du monde musulman dans son ensemble et tous les habitants de ces pays nous haïssent encore un peu plus.

Cette haine s’exprime avec d’autant de violence qu’ils n’ont plus peur de nous. La première guerre d’Afghanistan, contre les Soviétiques, a fait réaliser à tous les musulmans qu’ils pouvaient vaincre une armée technologiquement et numériquement très supérieure avec un équipement rudimentaire, des kalachnikov et des missiles anti-hélicoptères portés à dos d’homme, et une mentalité de kamikazes prêts à mourir au combat. Ils se sont appropriés la légende de David et Goliath, avec eux dans le rôle de David.

Pourquoi haïssent-ils plus particulièrement la France et s’acharnent-ils particulièrement sur elle ? Nous verrons cela au prochain épisode.

De la modération en terre d’Islam

Un pays musulman modéré, c’est-à-dire proche de l’Occident et qui lui achète beaucoup d’armes très sophistiquées et très chères, est un pays où il y a très peu de très riches, une classe moyenne plus ou moins nombreuse et beaucoup de très pauvres. Les très riches se sont enrichis en détournant des fonds publics, en prélevant des bakchichs sur les grands marchés d’infrastructures et d’armement, en faisant de l’import-export ou encore en se faisant octroyer par les pouvoirs en place des licences très juteuses dans des domaines tels que la téléphonie mobile. Ils ne développent généralement pas d’activités productives, qui pourraient sortir les pauvres de leur misère et les rendre ainsi plus exigeants.

La classe moyenne d’un pays musulman modéré a été attirée dans les années 1970 et 1980 par les idéologies socialistes en vogue à l’époque, jusqu’à ce qu’elle réalise que ce n’étaient que des habillages destinés à permettre à des oligarchies politico-militaires de les plumer sans vergogne. Les membres de cette classe moyenne sont ainsi passés sans transition de Marx à Allah et ont voté à une écrasante majorité pour les différentes factions de l’islam radical, frères musulmans et autres, partout et à chaque fois où il y a eu des élections à peu près libres ces dernières années.

Les pauvres quant à eux se contentent d’être pauvres et sont de toute façon confrontés à des problèmes existentiels tellement aigus qu’ils n’ont guère le temps de se laisser aller à des réflexions métaphysiques. Ils votent généralement docilement pour les pouvoirs en place, quelle que soit leur coloration politique. Ils sont profondément pieux comme les pauvres de tous les pays mais ne mettent pas dans cette piété de dimension idéologique particulière, contrairement aux classes moyennes.

Quel est le seul point commun entre ces différentes catégories d’habitants des pays musulmans modérés, celui qui leur permet de cohabiter tant bien que mal ? La haine viscérale et sans fard de l’ennemi étranger, c’est-à-dire des juifs en général et d’Israël en particulier. Partout, ils communient dans une fixation haineuse sur l’Etat hébreu, qui les a humiliés sur le plan militaire et qui est dans leur univers totalitaire et rétrograde une insupportable oasis de modernité, de réussite économique et de libertés individuelles.

Pour faire plaisir à leur protecteur américain, les riches de certains de ces pays ont certes normalisé leurs relations avec Israël, c’est le cas par exemple de l’Egypte et de la Jordanie. Mais leur discours vis-à-vis de leurs compatriotes n’a pas varié d’un iota : Israël n’existe toujours pas sur les cartes de géographie de leurs manuels scolaires (elle y est dénommée « Palestine Occupée ») et la haine à son égard continue à y être cultivée sans relâche, dans les écoles, les médias, sur les réseaux sociaux, en bref partout où c’est possible.

Cette épidémie de haine s’est propagée bien au-delà du monde arabe stricto sensu. Le Pakistan, l’Afghanistan et jusqu’au lointain Nigéria sont contaminés depuis longtemps. La Turquie, longtemps épargnée, l’est également depuis l’arrivée au pouvoir de la version turque des frères musulmans, l’AKP. Depuis 1991, elle s’est étendue progressivement aux « complices » de l’ennemi honni, les américains et les européens. Nous verrons pourquoi au prochain épisode.

Portrait robot d’un musulman modéré

Selon le quotidien Le Figaro, le père de Syed Farook, le tueur de San Bernardino, a raconté dimanche dernier, dans une interview au quotidien italien La Stampa que son fils « était d’accord avec l’idéologie d’Al Baghdadi pour créer  l’Etat Islamique » et « qu’il était obsédé par Israël ». « Je lui disais toujours, sois tranquille, patience, d’ici deux ans Israël n’existera plus. La géopolitique change. La Russie, la Chine, l’Amérique aussi, personne ne veut plus des juifs là-bas. Ils les ramèneront en Ukraine. A quoi sert de combattre ? Nous l’avons déjà fait et nous avons perdu (…) Mais lui ne voulait rien savoir. Il était obsédé par l’idée de combattre Israël ». Comment cet homme, qui n’est visiblement que bonté et amour de son prochain, comme, dixit notre génial commandant en chef, 99 % des musulmans, a-t-il pu engendrer un monstre pareil ? On se le demande vraiment…

Ce qui est merveilleux est que l’article du Figaro présente réellement cet homme comme un papa gâteau modéré, effondré par la radicalisation de son gentil petit Syed. C’est vrai qu’il n’a pas proposé de rouvrir les camps de concentration, mais juste de ramener les juifs en Ukraine…Relisez attentivement ce que cet homme a dit, chers lecteurs, c’est un discours de fanatique haineux, de radical bien nourri qui espère que le Djihad se fera tout seul. La haine qu’il porte en lui, il n’a pas eu les couilles de la traduire en actes mais il l’a transmise à son fils depuis son enfance, jour après jour, et il est juste effaré de voir à quel point il a été efficace.

Le policier américain, également cité dans l’article du Figaro, qui déclare sur CNN « cela ressemble de plus en plus à de l’auto-radicalisation » est donc un gros naïf, comme beaucoup de ses compatriotes. Il n’y a pas plus en islamisme qu’ailleurs de génération spontanée. La violence qui a été cultivée pendant des décennies par des parents musulmans modérés et aimant leur prochain est en train d’exploser, ils ont sciemment fait la promotion du Djihad auprès de leurs enfants et ces derniers les ont pris au mot. ip address websites Ils adorent ce con de Dieudonné et ses blagues à deux balles, leurs enfants vont adorer Al Baghdadi et son califat d’opérette. Les emmerdements ne font que commencer.

Islamisme, la peste verte

Boko Haram symbolise aujourd’hui peut-être le mieux cette peste verte qu’est l’islamisme. Boko veut dire livre en Haoussa et Haram péché en arabe.Les livres sont le mal absolu pour les islamistes. Ils permettent à n’importe qui, même à des créatures inférieures de sexe féminin, dédiées depuis toujours au repos du guerrier, à sa reproduction et à son entretien, d’accéder à la connaissance et de remettre en cause un ordre établi depuis la Genèse. Il faut donc brûler ceux qui circulent, et dissuader les vrais croyants d’y avoir recours.

Cette vision progressiste et ouverte du monde n’a rien de nouveau. Brûler les livres a même été le sport favori de tous les régimes totalitaires du XXIème siècle, des nazis aux khmers rouges, en passant par les staliniens et les maoïstes. Mais ces régimes étaient brutalement athées et anticléricaux et entendaient remplacer les religions traditionnelles par de nouvelles croyances matérialistes plus en phase avec la révolution industrielle en cours.

L’islamisme est radicalement différent de ses prédécesseurs en ce qu’il réconcilie religion et totalitarisme. Il est une sorte de voyage dans le passé et nous ramène cinq cent ans en arrière, au temps de l’inquisition et des rois catholiques. La purification ethnique et religieuse en cours en Irak et en Syrie nous ramène à la traque des minorités musulmanes et juives dans l’Espagne du XVIème siècle, qui leur laissait le choix entre la conversion, le bannissement et le bûcher.

Pour mettre en application un tel programme, il faut des troupes fanatisées, inconditionnelles, et donc nécessairement incultes. L’islamiste de base est donc forcément un con lobotomisé et déshumanisé, méchant et rempli de haine envers tout ce qui est différent de lui de surcroît. test website load Il ne faut pas le sous-estimer pour autant, c’est un con d’autant plus dangereux qu’il y a cinq siècles d’écart entre ses réflexes et les nôtres, ce qui rend sa sauvagerie totalement imprévisible pour les hyper civilisés décadents et hédonistes que nous sommes. Et ne pas se faire d’illusions, la guerre contre lui est très loin d’être gagnée. N’oublions jamais que l’empire romain a été balayé in fine par des peuplades primitives qui étaient en retard de plusieurs siècles sur lui en termes d’évolution et qui ont malgré tout réussi à plonger l’occident dans un millénaire d’âge des ténèbres.

Mort aux cons

Le 14 novembre au matin, j’ai réalisé qu’il fallait que je rentre en résistance contre la connerie ambiante qui est en train de nous plonger dans un nouvel âge des ténèbres. J’ai deux enfants épatants, que j’adore et qui entament à peine leurs vies d’adultes, je leur dois bien ça. Cette résistance, je vais la mener avec les outils de notre temps, ce blog mais aussi Facebook, Twitter et autres. domain list Aidez-moi en venant nombreux, en vous exprimant, en me critiquant si nécessaire (personne n’est à l’abri d’une connerie…), j’ai besoin de vous.

La connerie ambiante repose, comme une religion paisible et pacifiste dont vous avez sûrement déjà entendu parler, sur cinq piliers, qui sont l’islamisme, l’amateurisme, l’angélisme, l’irréalisme et le voyeurisme. Ces piliers s’alimentent les uns les autres et il importe de les détruire avant qu’ils ne métastasent et ne nous contaminent irrémédiablement.

Définissons-les en quelques mots pour éclaircir le débat. Pour l’islamisme, c’est simple : Les islamistes sont des sales cons ; en dehors d’eux, personne n’en doute.

L’islamisme ne pourrait pas métastaser sans l’amateurisme de ses adversaires.  L’amateurisme, c’est par exemple de faire une guerre sans s’en donner les moyens, sans prendre la moindre mesure pour se protéger et protéger sa population au cas où l’ennemi aurait l’idée saugrenue de se défendre. C’est de croire qu’on peut upgrader massivement sa sécurité sans impact budgétaire et/ou sans augmenter les impôts.

L’amateurisme côtoie généralement le troisième pilier, l’angélisme.  L’angélisme, c’est de croire que l’islam est une religion de bonté et d’amour de son prochain, aucune religion ne répond malheureusement à ce cahier des charges idyllique, que l’on peut faire une guerre sans dommages collatéraux, qu’il y a une opposition modérée en Syrie, etc.

Les amateurs angélistes cultivent généralement un pilier supplémentaire, l’irréalisme. Vivre en dehors de la réalité, c’est entrer en guerre contre un adversaire fantôme sans aucune raison objective, sans les moyens de le faire, sans véritables alliés, etc.

Last but not least, le cinquième pilier, le  voyeurisme, c’est-à-dire cette débauche indécente d’images, ce Daesh superstar que nos journalistes, nos médias ont fabriqué de toute pièce, car ces gars n’existeraient pas s’ils ne passaient pas à la télé.

Voilà, c’est parti, vous pourrez me retrouver tous les jours sur ce blog, dimanche excepté, me suivre sur Facebook et Twitter, et j’attends avec impatience vos commentaires.